Origines

Vous pouvez nous apporter votre contribution
image_pdfimage_print

Les ORIGINES du Miroir à Alouettes.

 

Ecrire à propos des origines de ce que l’on nomme de nos jours « le miroir à alouettes », est particulièrement délicat. Car il n’y a aucune preuve qu’à sa création il portait cette appellation. En effet, personne ne sait qui a inventé cet objet de chasse, où il a été inventé, quand il a été inventé, pour quelles raisons, comment était-il fabriqué, avec quels matériaux, quel était son usage

Le philosophe grec Cléarque de Soles apporte la preuve écrite de l’utilisation d’une sorte de miroir (vers 340 av. J.-C.), il est autorisé de penser qu’en France, l’intensification de cette pratique date du moyen Age.

Le Moyen Âge est une période de l’histoire de l’Europe, s’étendant de la fin du V e siècle à la fin du XV e siècle, qui débute avec le déclin de l’Empire romain d’Occident et se termine par la Renaissance.

Au Moyen Age époque où certains seigneurs donnaient le droit aux serfs et manants de capturer des petits oiseaux, à l’aide de pièges, nappes, filets et engin pendant une certaine période de l’année, dans le but de protéger les cultures.

Le premier texte connu faisant état de ce privilège date de (1400).

L’utilisation de pièges permet par conséquent aux paysans de défendre les cultures mais aussi de leur apporter un complément alimentaire non négligeable. Pour attirer les oiseaux dans leurs pièges, ils utilisent des appelants mais aussi des engins dénommés miroirs.

Ensuite vient l’époque moderne. Les religieux qui ont aussi le droit de chasser sur leurs domaines, utilisent le miroir à Alouettes pour la capture des petits oiseaux.

 

 

En (1604) Dans l’édition les plaisirs des Champs. On y trouve également l’intitulé suivant : Le moyen de prendre les Alouettes au miroir.

Puis c’est en 1660 dans l’ouvrage du Frère François Fortin dit :

 Le << Solitaire Inventif »

(Religieux à l’Abbaye de Grandmont) Ou l’on trouve,

 La première représentation graphique du Miroir à alouettes.

 Cet ouvrage est intitulé « les ruses innocentes dans lesquelles se voit comment on prend les oiseaux passagers et les non passagers et de plusieurs sortes de bêtes à quatre pieds »

Dans cet ouvrage on fait allusion à des petits moulinets que les enfants font tourner dans une noix ou noix folles.

 

 

 

 Je vous propose de découvrir ce jouet d’époque en image et également sur une toile de (1460) intitulé « la vierge à l’enfant avec Saint Benoit » qui se trouve au Prieuré de sait Hyppolite de Vivoin France.

 

 

 

 

Jean de la Fontaine dans sa fable l’oiseleur, l’autour et l’alouette, décrit l’utilisation que font les gens du peuple avec cet engin nommé miroir, pour la capture des petits oiseaux : (un manant au miroir prenait des oisillons) … Le fantôme brillant attire une alouette.

Illustration ancienne : Imagerie Epinal

L’invention de l’arme à feu et son usage pour la chasse vont engendrer une modification importante de l’utilisation du miroir. C’est par conséquent un détournement de l’usage originel du miroir. Désormais l’alouette est prélevée au fusil chargée de « dragées » non donné à la grenaille d’acier ou de fonte utilisée à l’époque.

A partir du XVIIIe siècle, les documents attestant de l’usage des miroirs avec le fusil sont plus nombreux.

En 1772 Le Marquis de Foudras. Décrit comment son grand-oncle, le marquis de Bologne, avait, dès 1722, un goût tout particulier pour cette chasse avec le miroir. Il utilise (un miroir en ébène noir comme la nuit).

Le miroir était déjà très répandu au XVIIIème siècle.

Dans l’édition de 1775 de cette » Encyclopédie » de Diderot et d’Alembert on y trouve le dessin dans la planche XI, figures 4et 5 du tome IV des planches représentant le miroir à alouettes.

Le site d'un collectionneur passionné.

Aller au contenu principal