Mengin

Famille de tourneurs sur bois à ROUCEUX (Vosges).

 Monsieur Paul Henri Mangin est né à Rouceux le 12 juin 1876 et décédé le 6 mars 1950. Il était domicilié rue du Moulinot à Rouceux. Il fabriquait de toutes pièces des miroirs à alouettes marqués au fer « Mengin à Rouceux Vosges ». Il ne s’agissait donc pas d’une entreprise, mais d’un artisan. Il était répertorié comme tourneurs sur bois et tabletiers de pères en fils depuis des générations. Entre autres, il fabriquait aussi des cannes à pommeaux, des boules de billard en ivoire et des mètres carrés pour mesurer le tissu. Il livrait ses miroirs avec deux têtes différentes. Son père, Henri Mangin était également tourneur à Rouceux et peut-être son grand-père aussi. Ses miroirs fonctionnaient à ficelle.

Mengin (avec un e) et bien l’orthographe du concepteur de ce miroir. Le copiste ayant fait une erreur d’état civil !

 

Miroir à alouettes à ficelle.

 

Miroir Mengin Collection 182x300 - Mengin

Ce miroir est équipé de deux chapeaux : le premier  de forme « Lorraine » avec 76 petites facettes carrées incrustées dans du mastic, le second  de forme  « Arche » sans facette réfléchissante, par conséquent parfaitement utilisable de nos jours à la pratique de cette chasse.

Le pied avec son beau marquage « MENGIN A ROUCEUX  VOSGES » est en hêtre et en deux parties, pivot et bague en laiton, la douille en fer est assemblée solidement au pied.

Le pivot est maintenu dans les chapeaux par un assemblage conique (rare).

On remarque que le pivot est relié par une fine lanière en cuir graissée beaucoup plus souple que la ficelle pour le maniement.

Pour la date de création du miroir, en fonction de la taille des facettes, je pense qu’il s’agit plutôt d’Henri Mengin, le père, donc vers 1850 ? Mais il n’y a aucune certitude.

Le site d'un collectionneur passionné